Reportage Italian Car Passion – La Bella Macchina Autoworld, Bruxelles

Ce Mercredi 2 décembre, le magazine RETRO TOURISME et ses guides étaient invités à la présentation presse de l’exposition temporaire ‘Italian Car Passion – La Bella Macchinaà Autoworld, Bruxelles, et c’est notre correspondant Enzo pour le Nord et la Belgique qui réalise ce reportage.

Arrivé sur le parvis du Cinquantenaire, nous sommes accueillis par 3 camions contenant de la belle Italienne (entr’autres une Maserati Quattroporte première génération, 2 Ferrari ‘Daytona’, et une des 3 Ferrari ‘Ventorosso’ par Pavesi que je regrette de ne pas avoir vue plus en détail (ce n’est pas un premier prix de beauté, mais elle est intéressante pour l’époque).

Direction l’entrée du musée ou nous sommes accueillis par une Lamborghini Gallardo aux couleur de l’évènement, puis à la caisse c’est une Lamborghini 400GT qui nous souhaite la bienvenue (une de mes Italiennes préférées, ils ne pouvaient pas mieux choisir ;-)).

L’exposition  »Italian Car Passion – La Bella Macchina’  prend place sur la mezzanine du musée, mais n’oubliez pas d’aller voir les voitures juste à droite après l’entree, car elles font aussi parties de l’expo. J’ai vu pas mal de gens les rater, ce qui est dommage (pour eux).

Le concept sur le papier de la reproduction de rues/ruelle Italiennes me faisaient doucement sourire, mais en fait l’équipe technique mérite un coup de chapeau appuyé, cela est beaucoup plus poussé que ce que l’on pourrait penser. Les muraux sont à échelle réelle. Il y a meme quelques bruitages de scooter passant, de voiture de police avec sirène, des bruits de rue, etc…. Même les plaques d’égout sur le trottoir qu’emprunte le visiteur répondent à l’appel. Je trouve très souvent les scénographies ratées ou exagérées lors de certaines expositions, mais là je pense que celle-ci va dans le bon sens.

Pour les photographes, les voitures sont peut-être placées un peu trop près les unes des autres. De même le fil rouge (déjà beaucoup mieux que la barre métallique que certains musées utilisent) démarquant la zone à ne pas dépasser est assez visible sur les photos. Mais attention, je site ces points parce qu’il y a toujours moyen de s’améliorer, mais cela ne dérange en aucun cas la visite de la grande majorité des visiteurs, c’est juste un petit problème pour les photos, tout comme l’éclairage et la petitesse de la salle avec les vehicules modernes. Mais cela n’a rien de rédhibitoire et j’ai pris un pied énorme.

Les véhicules justement, j’en ai pris plein les yeux. Honnêtement, je m’attendais à voir quelques Ferrari et Lamborghini ‘communes’ (si tant est que cela existe ;-), et en fait j’ai eu pas mal de surprises. Il y a bien la traditionnelle Dino (qui est identifiée en tant que telle, et non en tant que Ferrari Dino qui est la faute la plus souvent commise en exposition (meme le Zoute Grand Prix s’y est pris les pieds par 2 fois au moins), la traditionnelle Miura (je ne m’en lasse pas, j’ai toujours un Whaaaa de plaisir qui m’échappe), un spider Alfa et Lancia, etc.

Mais ceci mis à part, la grande majorité des modèles exposés est assez rare, il y en a plus d’une que je n’avais vu que dans des livres ou magazines, et il y a aussi quelques realisations que je ne connaissais pas. Quelques exemples de ces bijoux? Abarth Périscopo, plusieurs Fiat 8V magnifiques, des Alfa-Roméo habillées par des carrossier tout aussi Italiens qu’elles, des Siata aussi, alors que cette marque est trop souvent oubliée, et bien d’autres, il faut garder un effet de surprise pour votre visite ;-).

Pour les modernes, citons une LaFerrari et une Lamborghini Veneno Roadster côte a côte, une F12 TdF, une Bugatti EB110 et une Maserati MC12.

Quelques unes de ces voitures ont participées au Zoute Grand Prix les années précédentes, ce qui ne retire en rien à la qualité de ces machines, bien au contraire. Elles sont rares, voir uniques pour certaines, et nous sommes privilégiés en Belgique de pouvoir voir ce type de véhicule sur la route et en expo.

Il y a aussi quelques motos Italiennes disséminés dans l’exposition, comme une Ducati, une Moto Guzzi, une MV Agusta (signée par Phil Read), une Maserati (si, si, ce n’est que la deuxième que je vois), un Lambretta, et un charmant Vespa side-car.

Au premier abord, le passionné peut regretter le manque d’information sur chaque véhicule, mais il y a dans la ‘rue principale’ une table tactile où l’on peut lire plus de détails. Cependant je n’ai vu qu’une tablette de la sorte, donc il y aura peut-être un embouteillage à l’Italienne les jours de fort afflux.

L’exposition temporaire ‘Italian Car Passion – La Bella Macchina’ qui ne dure que jusqu’au 31 Janvier 2016 n’occupe que moins de la moitié de la surface du musée, alors n’hésitez pas à partir à la découverte d’autres joyaux d’autres pays dans ce musée qui définitivement vaut le détour. On peut y passer la journée entière…

Merci à Autoworld, merci à Madame Raes,

et surtout merci à l’association Route Nostalgie!!!

A bientôt pour d’autres visites.

Enzo Rhode-Hagen

 

 

Ce contenu a été publié dans Actualités, Expos, Infos, Musées, Sport. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Reportage Italian Car Passion – La Bella Macchina Autoworld, Bruxelles

  1. Richard Boudrias dit :

    Bonjour

    Nous avons eu la chance, mon épouse et moi, de visiter il y a fort longtemps votre fabuleux musée et depuis lors nous n’arrètons pas d’en faire la promotion auprès des passionnés d’automobiles anciennes ici à Montréal, Québec.

    Merci d’exister

    Richard Boudrias

    • Enzo Rhode-Hagen dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaires.
      Je ne suis en aucun cas membre du personel du musée, juste un visiteur qui à la chance d’habiter à environ 100 kilomètres de celui-ci.
      A bientôt,
      Enzo Rhode-Hagen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.