Les anciennes fleurissent à l’Expomobile !

Cette galerie contient 6 photos.

L’édition 2018 de l’Expomobile, organisée par les pépinières Laplace de Chelles (77),a réuni plus de 1 000 véhicules anciens et environ 10 000 visiteurs. Toute l’équipe de la jardinerie Laplace vous invite, du Samedi 27 Avril au Mercredi 1 Mai 2019, à venir découvrir la 21ème éditionde cette exposition, dédiée aux automobiles et aux … Continuer la lecture

Toutes les galeries | Laisser un commentaire

CARROZZERIA ZAGATO 100 YEARS in the spotlight… expo AUTOWOLRD

Elle se définit comme une entreprise artisanale et c’est à juste titre.
Carrosserie de renom depuis un siècle, la société Zagato fut créée à Milan en 1919 par Ugo Zagato. Il y a donc juste 100 ans.
 
Pour fêter ce centenaire, Autoworld a rassemblé une quinzaine de voitures historiquesde la marque, dont certaines tout à fait exclusives. Parmi elles, une Alfa Romeo 1750 (1932), une Lancia Appia, Flaminia et une Fulvia Zagato, une Alfa Romeo Junior Z etune TZ, une Aston Martin DB4, une Nissan Stelvio…
Une signature avant-gardiste dès le début
Comme ce fut souvent le cas en Italie, c’est dans l’industrie aéronautique qu’il se forma durant la Première Guerre mondiale. Dès le départ, Ugo Zagato utilisa les mêmes techniques dans l’élaboration des lignes et du design de ses carrosseries. Le profil aérodynamique et  avant-gardiste sera sa signature jusqu’à aujourd’hui.
 
Ugo Zagato habilla de façon très exclusive et en éditions très limitées des modèles de marques de grandes séries comme Lancia, Maserati, Aston Martin… mais c’est à Alfa Romeo qu’il vouait un véritable culte. Dans les années 1930, il créa les carrosseries devenues légendaires : Alfa Romeo 6C 1500 (1929), Alfa Romeo 6C 1750 (1932) et Alfa Romeo 8C 2300.Consécration !
 
Après la Deuxième Guerre mondiale, Zagato sort une nouvelle série conçue par Vieri Rapi sur base d’une étude de l’Isotta Fraschini Monterosa, la « Panoramica » (1946). Les berlinettes deux places construites sur des châssis motorisés des Fiat 500 Topolino, Fiat 1100, mais également des Ferrari 166 et Maserati A6 1500, faisaient une place de choix aux larges surfaces vitrées incluant le toit.
 
C’est dans les années 1950 et 1960 que la « Carrozzeria Zagato » se retrouve au sommet de son essor grâce aux GT des modèles Maserati, Lancia, Aston Martin, Abarth et, bien sûr, Alfa Romeo.  Leurs lignes filantes et aérodynamiques, caractéristiques des carrosseries Zagato sont entre toutes reconnaissables. Ainsi que leur toit « doppia bolla » (double bulle).
 
Toujours dirigée par la famille, c’est actuellement le petit-fils de Ugo, Andrea Zagato, qui est aux commandes de l’entreprise, bien que, depuis 2008, Zagato ait signé un accord avec Autoline Industries, fabricant indien de composants. 
 
Les conceptions de Zagato restent hors du temps.
INFOS PRATIQUES
Autoworld Museum Brussels
Parc du Cinquantenaire 11, 1000 Bruxelles
Metro Merode

Heures d’ouverture :
Ouvert tous les jours 7/7 de 10h à 17h (samedi et dimanche jusqu’à 18h)

Prix d’entrée au musée :
Adultes : 12 €
Seniors : 10 €
Etudiants : 9 €
Enfants 6-12 ans : 5 €

Infos visiteurs : 
www.autoworld.be ou +32 2 736 41 65

Publié dans Actualités | Marqué avec | Laisser un commentaire

Ferries in Switzerland

En collaboration avec le ferry Horgen-Meilen AG du lac de Zurich, le Musée Suisse des Transports a ouvert une nouvelle île thématique dans la salle du Schifffahrt. Sous le titre « Ferries in Switzerland », l’histoire et l’importance de la navigation par ferry sur le lac de Zurich, le lac de Constance et le lac des Quatre-Cantons seront présentées. Une timonerie originale peut être découverte par les visiteurs.

Avec ses nombreux lacs et rivières, la Suisse est le « château d’eau de l’Europe ». La traversée des eaux joue un rôle important pour le trafic automobile et le transport de marchandises. Les ferries permettent de transporter des marchandises et des personnes d’une rive à l’autre sans détours. Au centre de la nouvelle île thématique « Ferries in Switzerland » se trouve le poste de pilotage original du ferry « Meilen » de 1979 : un simulateur d’hélice Voith-Schneider montre comment fonctionne un ferry, tandis qu’un écran tactile montre l’histoire des ferries et leur position sur une carte interactive de la Suisse. Le chargement d’un car-ferry peut se pratiquer sur un modèle réduit. Des films sur l’histoire, l’exploitation et l’entretien des traversiers sont également présentés.

Relier la « Côte de Pfnüsel » et la « Côte d’Or ».
Depuis la mise en service en 1933, les ferries du ferry Horgen-Meilen AG du lac de Zurich constituent le « pont flottant » entre les deux rives du lac de Zurich. En raison de l’augmentation du nombre de véhicules à moteur dans l’après-guerre, le ferry « Schwan » a rapidement atteint ses limites. Outre le tourisme, le transport professionnel et industriel régional a contribué à cette augmentation. Avec la construction du nouveau ferry « Meilen » en 1979, la Zürichsee-Fähre Horgen-Meilen AG a été en mesure d’offrir un service de quart d’heure aux heures de pointe, matin et soir.

La promenade Voith-Schneider
L’hélice Voith-Schneider, qui conduit les car-ferries, combine direction et propulsion. Sans appareil à gouverner spécial, il est possible de déplacer le navire très précisément à partir de la passerelle de commandement en ajustant simplement les quatre ailes et en le dirigeant dans n’importe quelle direction. Les navires équipés de ce dispositif peuvent effectuer des manœuvres difficiles telles que tourner sur place ou tourner à pleine vitesse dans le plus petit espace. S’il y a une hélice Voith-Schneider à l’avant et à l’arrière, le navire peut aussi être déplacé latéralement à angle droit par rapport à l’axe médian du navire.

Trajek sur les lacs suisses
Un type particulier de ferry est le ferry-boat. Les marchandises devaient être chargées sur des bateaux le long des lacs suisses sans liaison ferroviaire continue, puis à nouveau sur des wagons de chemin de fer. Avec les ferries, on pouvait gagner beaucoup de temps, car le transfert des marchandises du chemin de fer au bateau et vice versa n’était plus nécessaire. Leurs ponts étaient équipés de rails. Cette construction leur permettait de transporter des wagons entiers directement de l’autre côté du lac. Les navires Trajek ont navigué sur plusieurs lacs suisses. A partir de 1890, des ferries à voie normale et à voie étroite circulent sur le lac des Quatre-Cantons. Le trafic par ferry sur le lac de Constance, où il y avait déjà une liaison entre Lindau et Romanshorn en 1869, jouait un rôle particulier. À partir des années 1920, les ferries à moteur ont transporté à la fois des chemins de fer et des véhicules à moteur. L’amélioration du développement de la région du lac de Constance par les lignes de chemin de fer a réduit l’importance du trafic avec des trajets ferroviaires de l’autre côté du lac. La liaison entre Romanshorn et Friedrichshafen a existé jusqu’en 1976 et les ferries « Rorschach » et « Romanshorn » ont ensuite été transformés en ferry-boats.

Contact
Musée Suisse des Transports
Olivier Burger, Responsable de la communication d’entreprise
Tél. 041 375 74 72, olivier.burger@verkehrshaus.ch

Martin Zemp
Directeur général, Zürichsee-Fähre Horgen-Meilen AG
044 727 37 30, m.zemp@faehre.ch

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

SALON 1910 La nouvelle zone historique d’Autoworld

Autoworld poursuit inexorablement sa route vers l’amélioration de ses espaces, un embellissement de l’ensemble du musée et une approche didactique évidente.
 
Dès à présent, une toute nouvelle zone vient d’être créée, renforçant le lien qui existe entre l’actuel musée de l’automobile et son histoire : Salon 1910.
Peu de gens le savent…
Le magnifique bâtiment qui abrite Autoworld depuis plus de 30 ans a accueilli les tous premiers Salons de l’Automobile et du Cycle entre 1902 et 1934, alors que les halles abritant les actuels Musées de l’Automobile et de l’Air étaient reliés et que l’Esplanade n’existait pas encore.
 
« Salon 1910 » présente, dans une ambiance d’époque et sur un espace de près de 1000m² situé dans l’aile droite du musée, ce à quoi ressemblait ces premiers Salons au début du siècle dernier, lorsque les voitures étaient commandées sur mesure ; le futur propriétaire achetait un châssis motorisé puis s’adressait à un carrossier pour définir avec lui la carrosserie de sa future voiture.
De nombreuses photos et agrandissements photographiques, un showroom exposantchâssis et voitures carrossées, des vidéos d’époque et, bien sûr, une trentaine de voitures comme celles vendues aux Salons du début du siècle dernier agrémentent la zone qui se veut éminemment didactique.
 
Toutes les voitures exposées étaient déjà éparpillées dans le musée. Les voici rassemblées dans leur contexte historique. Notons qu’on y trouvera, entre autres, la De Dion DE2 de 1912, une des marques les plus importantes de l’époque, ainsi qu’une De Dion Torpedo. La Peugeot Bebe rappellera que les voiturettes existaient déjà il y a plus de cent ans. UneMinerva double carrosserie fait bien sûr référence à notre industrie dont la zone belge, un peu plus loin dans le musée, raconte l’histoire en détails. D’autres châssis et carrosseries attireront les regards, comme sur le stand Rolls Royce, le châssis de la Rolls Silver Ghostde 1911 et la carrosserie de la même voiture de 1921. Au fait, connaissez-vous la marque française Sizaire Naudin ? Nous exposons une de leurs voitures datant de 1911. Quelquesmotos, telles la Minerva et la Piedboeuf, seront également présentes.
 
Avec « Salon 1910 », Autoworld renoue encore plus complètement avec son histoire, tout en embellissant l’aile droite du musée.
 
INFOS PRATIQUES
 
Autoworld Museum Brussels
Parc du Cinquantenaire 11, 1000 Bruxelles
Metro Merode

Heures d’ouverture :
Ouvert tous les jours 7/7 de 10h à 18h

Prix d’entrée au musée :
Adultes : 12 €
Seniors : 10 €
Etudiants : 9 €
Enfants 6-12 ans : 5 €

Infos visiteurs : 
www.autoworld.be ou +32 2 736 41 65

Service de presse : 
Patricia Raes
p.raes@autoworld.be
+32 476 34 42 04

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

EXPOSITION: CITROËN 100TH ANNIVERSARY

Expo

Description

André Citroën, fils d’un père hollandais en d’une mère polonaise, débuta comme
manager des usines automobiles Mors en 1908. Au début de la Guerre de 1914, il
découvre rapidement la pénurie des munitions de l’armée française. Il prépare
un plan d’entreprise pour fabriquer des obus à grande échelle, et il fait
fortune. Le visionnaire André Citroën ne croit pas que la Grande Guerre durera
longtemps. Il prépare son avenir : la production en série de voitures pour le grand
public.

Les premières Citroën Type A, en version 4 places sous capote, étaient une sorte de Ford T à la française.  Elles étaient uniquement disponibles en Gris Artillerie – il semble qu’André Citroën ait pû acheter une quantité restreinte de peinture provenant de l’armée. 

Rapidement, Citroën devient le premier constructeur automobile de France, voire même d’Europe. Communicant génial, André Citroën
promeut sa marque avec audace et ingéniosité. Peu intéressé par la gestion, il
place son entreprise en situation délicate, qu’aggrave l’onéreuse étude de la «
Traction ». Acculé au dépôt de bilan, André laisse Michelin prendre le contrôle
de sa société fin 1934 et meurt en 1935. 

Il ne verra donc pas l’éclatant succès des  « Tractions » 7-11-15.
Après-guerre, l’incroyable 2CV, le fourgon Type H puis la fascinante DS
achèvent de faire entrer Citroën dans la légende.


Infos pratiques

https://www.autoworld.be/expos-fr-90-exposition–citroen-100th-anniversary

Pour plus d’information veuillez contacter le musée 

Parc du Cinquantenaire 11
1000 Brussels

Tel. : +32 2 736.41.65
Fax : +32 2 736.51.36
info@autoworld.be
+32 2 736.41.65

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

CYCLING LEGENDS at Autoworld


CYCLING LEGENDS
Autoworld se met à l’heure du Tour de France

 Une fois n’est pas coutume. Cet été, le Tour de France partira de Bruxelles !
Pour célébrer l’événement, Autoworld organise, en parallèle à l’expo fêtant le centenaire de la marque Citroën, une rétrospective véritablement unique de l’histoire du cyclisme et de ses légendes depuis ses tous débuts en 1819.
 
Quoi de plus naturel aussi si l’on se souvient que les halles qui abritent actuellement le musée ont été le théâtre des premiers Salon de l’Automobile et du Cycle à partir de 1902.


UNE EXPO PEU ORDINAIRE

 Avec le Tour de France qui partira de Bruxelles cette année, nous célébrerons aussi la première victoire du plus grand champion de cyclisme de tous les temps Eddy Merckx. C’est également le centenaire du maillot jaune. Quoi de plus magique quand on sait que Merckx détient également le record du nombre de jours en jaune dans le Tour de France, avec 96 journée à porter la tunique tant convoitée.
Ce moment historique pour ce sport sera retracé dans l’exposition « Cycling Legends » au travers 3 grands thèmes: 1819 – 2019   avec 200 ans d’histoires des plus grands champions 1919 – 2019   avec la galerie des 100 ans du maillot jaune et 1919 – 2019 avec une page exclusivement dédiée aux plus grands champions  belges 

PLUS DE 600 PIECES EXPOSEES
POUR RACONTER LES PLUS BELLES HISTOIRES

 Beaucoup d’émotion en perspective pour chaque visiteur, en voyant défiler devant ses yeux les vélos de bien des champions, leurs maillots, leurs trophées, illustrés par des affiches d’époque et de nombreux documents et objets historiques.

Fruit de 30 ans de recherche et de collection, ce sont ainsi 200 ans d’histoire de cyclisme qui seront présentés. Les toutes premières courses officielles en 1869, les premiers grands «  ville-à-ville » dès 1891 qui deviendront les classiques, les courses spectacles sur piste des années folles, les grands tours, les championnats, la mondialisation du cyclisme à partir les années 1990, c’est tout un monde qui se livre à vous 2 mois durant, l’été prochain, pour vous faire revivre les plus grands moments de ce sport ultra populaire.

Plus de 600 pièces seront exposées pour illustrer les histoires de tous ces champions de légende.

L’on  y croisera, entre autres, au-travers leurs équipements et leurs anecdotes, Maurice Garin le 1er vainqueur du TdF1903, le Campionissimo Fausto Coppi, Alberick (dit Briek) Schotte, Rik Van Steenbergen, Freddy Maertens, Joop Zoetemelk, Francesco Moser, Roger De Vlaminck, Eddy Merckx, Bernard Hinault, Lucien Van Impe, Chris Boardman, Mario Chipollini, Johan Museeuw, Eugène Christophe le premier porteur du maillot jaune en 1919 et Firmin Lambot le premier Belge eu Jaune à Paris la même année, et aussi plus de 30 maillots jaunes des plus grands champions vainqueur du Tour de France (Louison Bobet, Jacques Anquetil, Louis Ocana, Eddy Merckx, Bernard Thévenet, Miguel Indurain, Greg Lemond, Alberto Contador, Cadel Ewans, Chris Froome…).L’exposition « Cycling Legends » est organisée en collaboration avec le collectionneur Emmanuel Dehan qui nous prête aimablement sa collection.

« Cycling Legends » se tiendra dans les salles situées à l’entrée du musée. Les visiteurs qui le souhaitent pourront également avoir accès au musée et à son exposition « Citroën 100 Years » grâce à un ticket combiné. 

INFO PRATIQUES

Autoworld Museum Brussels
Parc du Cinquantenaire 11, 1000 Bruxelles
Metro Merode

Heures d’ouverture :
Ouvert tous les jours 7/7 de 10h à 18h

Prix d’entrée « Cycling Legends »
Adultes : 5 €
Seniors-Etudiants-Enfants : 3 €

Ticket combiné Musée + Cycling Legends : 15 €

Prix d’entrée au musée :
Adultes : 12 €
Seniors : 10 €
Etudiants : 9 €
Enfants 6-12 ans : 5 €

Infos visiteurs : 
www.autoworld.be ou +32 2 736 41 65

Service de presse : 
Patricia Raes
p.raes@autoworld.be
+32 476 34 42 04

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Anjou Vélo Vintage de beaux souvenirs de 2018 à renouveler bientôt

Pour la 8 ème année, Saumur avait accueilli en 2018 les
passionnés de bicyclettes à l’ancienne et prépare sa 9 ème édition.

Pour répondre à la demande toujours
importante, les circuits touristiques se
multiplient, mais la bonne humeur et les
sourires restent.

Le vintage est à la mode, mais la mode est aussi
«vintage», et la plupart des participants sont
habillés dans l’esprit de leur bicyclette. Robes
à fleurs ou à pois, tenue de facteur ou de curé
d’antan, chemises, casquettes, chapeaux de
paille ou de gala. Chacune et chacun y va de
sa touche personnelle pour agrémenter le weekend
s’égrainant au fil des kilomètres, de bords
de Loire en châteaux, d’abbaye en vignobles, de
caves troglodytes en chemins forestiers.


En fonction de ses envies, ou de ses capacités
physiques, le(a) participant(e) a le choix entre
divers circuits allant de 120 km pour les plus
rapides, à 30 km pour les familles nombreuses.
Mais attention, avant de pédaler «fort», il faut
être très réactif sur la souris d’ordinateur. En
effet, entre le début des inscriptions lancé sur
Internet le 8 mars à 10 h précises, et l’apparition
du bandeau «complet» sur la totalité des circuits,
il s’est écoulé à peine huit jours ! Incroyable !!
Et bien entendu beaucoup de déçus de ne pas
être parmi les 8300 élus. Heureusement l’organisation
a rouvert le jour même, 22 et 23 juin,
quelques dizaines de places qui ont su satisfaire
quelques chanceux de dernière minute.


Quand on arrive en ville

Sur le village Vintage, place de la République à
Saumur, les visiteurs ont pu profiter des exposants,
de la musique, de la danse et du beau
temps pour un moment de partage et de convivialité
! Les plus beaux looks vintage étaient
également au rendez-vous sur le village de
14 000m2 animés toute la journée par des artistes
venus des quatre coins de la France pour partager
leur passion.

L’amateur avait de quoi affuter son regard parmi
les stands de la brocante installée au bout du village
vintage. Pièces de vélos, accessoires rares,
comme ce porte bébé tout en aluminium, bicyclettes
complètes prêtes à prendre la route sur le champ,
ou d’autres simplement en location, modèles rares
à restaurer pour la prochaine édition.

Quelques chiffres en 2018

8 500 participants attendus
40 000 visiteurs
20 nationalités représentées
79 départements français présents
140 exposants sur le village
14 000 m² de village 100% vintage
60 partenaires

Et les discussions allaient souvent bon train
autour de tel vélo annoncé de 1920, ou encore
ce Caminade malheureusement incomplet, mais
au si caractéristique cadre à tubes aluminium
hexagonaux.


En selle

Pour participer à la 8ème édition de l’Anjou
Vélo Vintage, la tenue et la monture sont deux
incontournables ! Pour le choix du vélo, un
seul impératif, s’équiper d’une bicyclette datant
d’avant 1987, sans changement de vitesse fixé
au guidon et sans cale-pied automatique. La
bicyclette peut-être authentique ou sportive.
Les répliques, single speed, american cruiser et
fixies sont également autorisés.
Pour une virée plus agréable, le parcours de
dimanche « Jean-Guy Dontdroit » (30 km) s’est
scindé en deux, et a donné naissance à deux
personnages distincts mais au parcours identique!

Le parcours «Jean-Guy Lèvetot» qui a
accompagné les randonneurs matinaux (9h30)
et le parcours «Jean-Guy Couchetard» qui a fait
se lever les plus fêtards (11h15). Vous l’avez
compris, une petite touche d’humour se loge
même dans le nom des randonnées proposées.

• Authentic 1868 – 120 KM – Difficulté 5/5.
Samedi 23 juin – Départ : 9h00. Pour les téméraires
• Paul Auton – 60 KM – Difficulté 3/5. Samedi
23 juin – Départ : 10h00. Pour les amoureux de
beaux paysages
• Abby Cyclette – 35 KM – Difficulté 3/5 Samedi
23 juin & dimanche 24 juin – Départ : 10h45
Pour les passionnés de vins
• Les frères Dondroit – 30 KM – Difficulté 1/5
Dimanche 24 juin Jean-Guy Lèvetôt – Départ :
9h30 Jean-Guy Couchetard – Départ : 11h15.
Pour les conviviaux
• Anatole Laguibole – 40 KM – Difficulté 3/5
Dimanche 24 juin – Départ : 10h00.

Pour les sportifs et festifs

Avec une moyenne de 1 500 vélos par parcours,
le départ n’est rien qu’à lui un pur moment de
bonheur. Sur les routes, chacun pédale dans un
autre temps, quelques ennuis mécaniques sont
incontournables, crevaisons en tête :
Mais Monsieur Rustin
N’est pas loin,
Triporteur bien en main,
Il vole au secours des malchanceux,
Tout heureux
De pourvoir poursuivre leur chemin.
De notre côté nous dépannons une jolie cycliste
dont le garde boue touchait la roue, redressé avec
les moyens du bord, la voilà repartie sur les chemins…
«à bicyclette»… s’appelait-elle Paulette ?


TOURISME

Quelques côtes sont raides, les coups de
pédales amplifiés et, voilà la roue arrière qui se
décale sous l’effort. Petit coup de main ou de
clé, et voilà la roue réalignée, et c’est reparti sur
les chemins de vigne ou les venelles escarpées.
Moins de chance, cadre cassé pour Sandrine qui
doit abandonner !


Vous l’aurez compris, l’Anjou Vélo Vintage est un
incontournable pour qui veut se replonger avec
bonne humeur, dans le passé.
Les dates pour 2019 sont déjà fixées, alors
réservez votre week-end des 5, 6 et 7 juillet, le
Saumurois vous attend… de bon matin !
https://www.anjou-velo-vintage.com/fr/


Au bout de la nuit

Alors que certains profiterons des concerts
nocturnes, d’autres ont déjà regagné le camping.
Là l’esprit vintage continue, puisque
quelques trente cinq attelages à l’ancienne
sont là. Quel meilleur moyen de poursuivre
sa quête du mode de vie d’antan que d’allier
ces deux passions ; caravanes et bicyclettes
d’un autre temps. En plus, les petits deux
roues de la famille prennent facilement place
sur la galerie de l’auto ou sur la flèche de la
caravane.


Notin, Hénon, Bourreau, et autre Silver
Streak donnent la réplique aux Dilecta,
Ninon, Gitane, Motobécane.


Apéritif en bord de Loire suivi du repas pris
en commun, permettent d’échanger sur la
dernière bicyclette dénichée puis rénovée
pour le lendemain.

Anjou Vélo Vintage 2018
par Sylvie et Franck Méneret

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Concours des allées d’arbres

    L’association Sites & Monuments (SPPEF) organise en 2019 la 4ème édition des concours des Allées d’arbres et du Second œuvre, soutenus par le Ministère de la Transition écologique et solidaire. Ils ont pour vocation d’encourager la préservation, le bon entretien et la recréation d’allées d’arbres, ainsi que la conservation, la restauration ou l’adaptation respectueuse du second œuvre (portes et fenêtres notamment), deux patrimoines aujourd’hui particulièrement menacés. Ils sont devenus incontournables dans le domaine du patrimoine ! Ces concours s’adressent à tous : collectivités territoriales, particuliers, professionnels et associations. Au-delà des prix décernés, Sites & Monuments, avec le jury, s’attache à fournir aux lauréats des conseils et des contacts pour les aider à pérenniser leur démarche.

Vous devez déposer votre dossier de candidature avant le 31 mars. Vous trouverez sur le site de l‘association http://www.sppef.fr/prix/
le règlement et les documents à fournir.


   
Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Sortie touristique du CAB autour du lac de Paladru

Le 27 avril 2019, la 37ème sortie du Club Automobiliste Berliet (CAB) est organisée à l’Est de Lyon dans la campagne iséroise.

A 8 h. 30 : Rendez-vous des équipages à Saint-Didier de  la Tour, 124 route de Lyon chez « Auto-Rétro du Dauphiné » pour la traditionnelle collation matinale.

A une dizaine de km, à 10 h. 30, visite guidée du château de Virieu, classé Monument historique, et promenade dans ses réputés jardins à la française.

Après une heure et demie de voyage dans le temps, cap sur le proche village de  Panissage pour le repas servi à « La Guinguette ».

A 14 h 30, départ pour un circuit d’une soixantaine de km. De Paladru à Charavines, la route longe « le lac bleu », dont les rives étaient habitées trois millénaires avant notre ère. Dans un paysage de collines, la caravane, sur des routes sinueuses et verdoyantes, traverse plusieurs villages tranquilles tels Burcin, Chabons, Doissin, Vaux avant de regagner, à 17 h. Saint-Didier de la Tour où sera offert le verre de l’amitié avant la dispersion des équipages.

Rappelons que ce rassemblement a lieu la veille de la Journée Nationale des Véhicules d’Epoque (JNVE) fixée au dernier dimanche d’avril.

                                                                                     Fondation Berliet

Contact : Michel Michaux, président du CAB          06 26 27 19 58

Amis de la Fondation Berliet (section CAB)            04 78 54 15 34

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Prix Peninsula Classics Best of the Best RÉVÉLATION : HUIT CANDIDATES SE DISPUTENT LE TITRE DE MEILLEURE VOITURE DU MONDE

Le nom de la lauréate du prix Peninsula Classics Best of the Best sera dévoilé à The Peninsula Paris le 7 février prochain. Elle sera choisie par un jury incluant deux nouveaux membres, Laurence Graff et Peter Marino.

Le nom des huit formidables lauréates « Best of Show » des plus prestigieux concours internationaux a été dévoilé. Ces voitures se disputent le très convoité prix The Peninsula Classics Best of the Best Award. Les candidates en lice pour le prix 2018 feront l’objet d’une évaluation minutieuse, réalisée par 26 juges réputés, qui font tous figure de leaders dans leur domaine de spécialité respectif.

L’excellence automobile à l’honneur Ce prix, dont il s’agit de la quatrième édition, rassemble les plus somptueuses voitures anciennes au monde, qui concourent pour le titre de voiture d’exception. « Nous avons créé ce prix, avec mes confrères co-fondateurs, en raison de notre passion commune pour l’univers de l’automobile, passion qui, j’en suis convaincu, remonte pour nombre d’entre nous à l’enfance, a déclaré l’Honorable Sir Michael Kadoorie, Président de The Hongkong and Shanghai Hotels, Limited. Cet intérêt mutuel est précisément ce qui confère à ce prix son caractère si particulier. Il a vocation à rapprocher des amis autour d’intérêts communs, mais nous rappelle également cette première étincelle d’émerveillement qu’avait éveillé en nous le monde automobile. »

Les voitures nominées sont les suivantes :

Duesenberg Convertible Modèle J/SJ de 1929

• Duesenberg Convertible Modèle J/SJ de 1929 de Jimmy Murphy, modifiée par Bohman : Concours d’Élégance d’Amelia Island

Ferrari 250 GT Coupé Zagato de 1956

• Ferrari 250 GT Coupé Zagato de 1956 : Cavallino Classic

Ferrari 335 S Spyder Scaglietti de 1958

• Ferrari 335 S Spyder Scaglietti de 1958 : Concorso d’Eleganza Villa d’Este

Mercedes-Benz 680 S Barker Roadster « Boat Tail » de 1928

• Mercedes-Benz 680 S Barker Roadster « Boat Tail » de 1928 : Concours d’Élégance d’Hampton Court Palace

Monteverdi High Speed 375L Fissore de 1972

• Monteverdi High Speed 375L Fissore de 1972 : Concours d’Élégance Goodwood Cartier Style et Luxe

Alfa Romeo 8C 2900B Berlinetta Touring de 1937

• Alfa Romeo 8C 2900B Berlinetta Touring de 1937 : Concours d’Élégance Pebble Beach

Lancia Aurelia PF200CSpider Pininfarina de 1953

• Lancia Aurelia PF200CSpider Pininfarina de 1953 : The Quail, A Motorsports Gathering


Bugatti Type 55 Roadster de Jean Bugatti de 1933

• Bugatti Type 55 Roadster de Jean Bugatti de 1933 : Salon Privé Duesenberg Convertible Modèle J/SJ de 1929 de Jimmy Murphy, modifiée par Bohman Monteverdi High Speed 375L Fissore de 1972

Un jury composé de membres réputés Le jury actuel, composé de 24 juges, sera rejoint par deux nouveaux membres : Laurence Graff et Peter Marino. Laurence Graff est le fondateur de l’une des plus prestigieuses maisons de joaillerie au monde, basée à Londres, dans le quartier de Mayfair. Intervenant à chaque étape du parcours impressionnant d’une pierre, Laurence Graff supervise la conception et la réalisation de chaque bijou d’exception. En juin 2013, il a été fait officier de l’Ordre de l’Empire britannique pour ses services rendus au monde de la joaillerie. Collectionneur passionné d’art moderne et contemporain, Laurence Graff siège aux comités et conseils d’administration de plusieurs institutions artistiques, telles que le musée Guggenheim de New York et la Tate Modern de Londres. La famille Graff est également célèbre pour sa collection de voitures anciennes, Laurence Graff attribuant à son fils François l’intérêt qu’il porte à cet univers. Peter Marino, membre de l’Institut américain des architectes (FAIA), est le directeur de Peter Marino Architect PLLC, un cabinet d’architecture new-yorkais créé en 1978.

Parmi ses réalisations figurent plusieurs projets résidentiels et culturels primés, ainsi que des hôtels et des boutiques de luxe dans le monde entier. Peter Marino participe actuellement à deux projets en cours de réalisation avec The Peninsula Hotels : The Peninsula London et The Peninsula Yangon. Largement reconnu pour ses contributions au monde de la culture, Peter Marino a récemment été fait Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres par le ministre français de la Culture. Un lieu bénéficiant du label « Palace » Les résultats seront dévoilés cette année encore à The Peninsula Paris, le 7 février 2019.

La Bugatti couronnée l’an passé avait fait son apparition derrière les portes d’une boîte de 3 x 2 mètres, créée tout spécialement et éclairée de lampes halogènes clignotantes. Les invités qui auront la chance d’assister cette année à la cérémonie retiendront leur souffle jusqu’à la proclamation des résultats et pourront découvrir en personne la voiture gagnante, ce qui constitue le rêve absolu des amoureux de l’automobile. Pour en savoir plus sur chacune des voitures concurrentes, cliquez ici. La liste complète des juges 2018 est disponible ici. À propos de The Peninsula Classics Best of the Best Award Partageant une volonté commune de rendre hommage au meilleur du monde de l’automobile, l’Honorable Sir Michael Kadoorie, Président de The Hongkong and Shanghai Hotels, Limited, a lancé le prix The Peninsula Classics Best of the Best Award en 2015 avec les co-fondateurs William E. Connor, Bruce Meyer et Christian Philippsen.

Les fondateurs partagent une passion et un amour communs pour le monde de l’automobile, la préservation de son patrimoine et des projets de restauration d’exception. Soutenu par The Peninsula Hotels, le prix rassemble huit lauréates « Best of Show » des plus prestigieux concours internationaux.

https://www.peninsula.com/en/bestofthebest

Contact média :

Serge Karboulonis Bureau de Presse Pascale Venot

serge@pascalevenot.fr 01 53 53 40 59 / 06 95 92 82 98

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire